J’étais infirmière diplômée aux Philippines avant de rejoindre l’Angleterre grâce à un visa étudiant et avant d’obtenir un diplôme britannique d’infirmière en 2010. J’ai obtenu une licence en soins infirmiers à l’université de Hertfordshire en 2012, tout en travaillant dans des maisons de retraite médicalisées.

J’ai travaillé dans le secteur des soins pendant près de 5 ans. En 2015, j’ai répondu à une offre d’emploi de Diaverum UK pour un poste d’aide-soignante. Grâce à mon expérience en soins infirmiers, l’entreprise m’a proposé finalement un poste d’aide-soignante en dialyse à la place. Même si j’étais heureuse, en mon for intérieur, j’aspirais à obtenir un vrai poste d’infirmière. Toutefois, en raison des directives strictes de l’époque imposées par le Conseil Britannique des infirmier(ère)s et sages-femmes (NMC), pour les infirmiers et infirmières ayant suivi une formation à l’étranger, j’ai été obligée de mettre de côté mon désir de devenir infirmière diplômée au Royaume-Uni. Jusqu’à quand… ? Je n’en avais aucune idée !

J’ai eu une lueur d’espoir en 2017, quand le NMC a adopté de nouvelles directives pour les infirmiers et infirmières étrangers. Pourtant, j’hésitais encore. Heureusement, une collègue plus expérimentée a pris le temps de discuter avec moi des différentes options qui s’offraient à moi, en m’indiquant notamment comment Diaverum pouvait m’aider à postuler si je le décidais. Sachant cela, j’ai entamé les démarches nécessaires pour remplir toutes les exigences demandées par le NMC, malgré mon emploi du temps serré et soutenu de mère de deux enfants qui travaille. Je suis heureuse de dire que j’ai réussi toutes les évaluations.

Après avoir réussi ces premiers examens, j’ai vécu les pires mois de ma vie à cause de problèmes de santé, domestiques, de difficultés financières et de contretemps avec les services d’immigration. Je rencontrais des problèmes où que j’aille, à tel point que j’ai finalement été obligée de quitter le Royaume-Uni pour retourner aux Philippines. Ce fut une époque difficile, mais ma foi m’a permis de continuer de croire à un miracle.

En novembre 2018, j’ai reçu une « lettre de décision » du NMC qui a permis à Diaverum de m’aider à revenir au Royaume-Uni. Cela fut un nouveau départ pour mes enfants et moi-même. À mon retour, j’ai préparé et passé les examens finaux du NMC et obtenu la certification NMC me donnant le droit de travailler en tant qu’infirmière diplômée au Royaume-Uni.

Ma carrière a mis du temps à décoller, mais je suis convaincue que tout arrive en son temps. Je n’ai jamais été aussi heureuse dans mon travail. C’est un sentiment très gratifiant. Mon rêve de devenir infirmière au Royaume-Uni est devenu réalité.

J’ai travaillé dur pour en arriver là, mais rien de tout cela n’aurait été possible sans l’aide et l’appui des personnes suivantes :

Tout d’abord, je suis reconnaissante envers Diaverum pour sa confiance et pour toute l’aide que l’entreprise m’a apportée pour revenir au Royaume-Uni. Merci à mes responsables de la clinique d’Eastbourne d’avoir cru en moi et de m’avoir aidée pendant tout ce temps. Un grand merci à mes amis et collègues pour leurs mots qui m’ont inspirée et parce qu’ils constituent une vraie famille pour moi au Royaume-Uni.

À la personne qui a vu beauté et espoir en moi pendant les moments les plus sombres, « maraming salamat » (merci beaucoup). Et surtout, merci à ma famille, en particulier à mes enfants, de m’avoir aidée à préserver ma santé physique et psychologique. Je n’aurais rien pu accomplir sans vous.

À celles et ceux qui ont obtenu leur diplôme dans leurs pays respectifs et qui désirent devenir infirmier ou infirmière dans un autre pays ou accomplir leur rêve, je souhaite dire qu’il n’est jamais trop tard pour se lancer. Tout est possible. Réalisez vos rêves. Même le plus long des voyages commence par un premier pas. Osez faire ce pas.

Dernières nouvelles

Croissance

Diaverum France ouvre une nouvelle clinique en Ile-de-France

Excellence des soins

Diaverum Awards 2022
Diaverum cède sa clinique de transplantation ITAC en Argentine et quitte le pays